Mémoire et propagande à l’époque timouride / Michele Bernardini. Paris, 2008, 164 p. (Conférences d’études iraniennes Ehsan et Latifeh Yarshater‎, 3) ISBN 978-2-910640-23-1.

Résumé
Ce volume réunit les cinq communications présentées dans le cadre des “Conférences d’études iraniennes Ehsan et Latifeh Yarshater”, organisées par l’Unité Mixte de Recherche “Mondes Iranien et Indien” en 2005 au Collège de France à Paris.
Construit autour de la figure de Timur-e Lang (Tamerlan, ca. 1330-1405), l’ouvrage s’interroge sur la manipulation de la mémoire historique et sur l’usage que peut en faire le pouvoir à travers la propagande politique en Asie centrale et en Iran au XVe siècle, dans l’empire timouride. Au plus près des sources persanes, l’auteur analyse le discours des chroniqueurs de la cour de Timur et examine le processus de construction des origines vertueuses du souverain par les historiens de son époque. En miroir, cette étude s’intéresse aux textes historico-littéraires et notamment à la transposition épique de la tradition historiographique. Sur les traces de Timur, de l’Asie centrale à l’Empire ottoman à l’ouest et aux profondeurs de l’Inde à l’est, les sources font émerger deux images contrastées et forgées du conquérant et de ses actions : combattant pour la foi et roi vertueux, Timur apparaît en même temps comme un chef de guerre destructeur et comme un être démoniaque. Cette mémoire manipulée à des fins idéologiques intégrera durablement le discours historique des siècles ultérieurs.

Mots clés :