Vol. 35/1 (2006)

ARTICLES
• P. SAMVELIAN, L’enclitique –i introducteur de relative en persan : déterminant, allomorphe de l’ezâfe, ou autre chose encore ? , p. 7-34.
Résumé
Les grammaires du persan énumèrent deux enclitiques nominaux homonymes réalisés par la voyelle -i, le premier étant généralement considéré comme un article indéfini, et le second, qui apparaît exclusivement avec une relative restrictive, comme un article défini ou démonstratif. Plusieurs études ont toutefois tenté de démontrer l’identité de ces deux morphèmes sur la base de leurs propriétés distributionnelles et sémantiques communes. Une hypothèse différente a été avancée dans une étude récente : la distinction entre les deux enclitiques y est maintenue, mais celui qui introduit les relatives restrictives est analysé comme une variante de l’ezâfe. Dans cet article, je montrerai que ces deux positions, quoique conceptuellement attrayantes, ne rendent pas compte de façon adéquate des données empiriques. Toutefois, contrairement à la tradition grammaticale, qui voit en -i introducteur de relative un déterminant défini ou démonstratif, je l’analyserai comme un ligateur ou un joncteur, à l’instar de l’ezâfe, mais qui contrairement à ce dernier, qui est sémantiquement vide, a une valeur “ intersective ”.
Mots clés : linguistique ; persan moderne ; syntaxe ; enclitique -i ; ezâfe.

• A. CANTERA , Die Pahlavi-Übersetzung altavestischer Texte in der Pahlavi-Übersetzung des Vîdêvdâd , p. 35-68.
Résumé
L’on considère habituellement que la traduction du Yasna avestique en péhlévi est plus récente que celle du Vîdêvdâd. Le Vîdêvdâd contient quelques citations de textes vieil-avestiques dont certains sont à leur tour traduits en péhlévi. L’article compare les différentes traductions des mêmes passages vieil-avestiques contenus dans le Vîdêvdâd et dans le Yasna, ainsi que dans d’autres textes avestiques ou péhlévis. Il cherche à établir si la traduction présente dans le Vîdêvdâd dépend ou non de celle dans le Yasna, ou vice-versa. En conclusion, il n’y aurait aucune interdépendance, car les deux traductions procèdent des traditions différentes, même si elles remontent toutes à une source commune. D’autres versions suivent alternativement celle du Yasna ou celle du Vîdêvdâd.
Mots clés : histoire des textes ; Avesta ; traduction péhlévie de l’Avesta ; Vîdêvdâd.

• R. POURJAVADY & S. SCHMIDTKE, Muslim Polemics against Judaism and Christianity in 18th Century Iran. The Literary Sources of Âqâ Muhammad ‘Ali Bihbahâni’s (1144/1732-1216/1801) Râdd-i shubuhât al-kuffâr, p. 68-94.
Résumé
Le Râdd-i shubuhât al-kuffâr de Âqâ Muhammad ‘Alî Bihbahânî Kirmânshâhî (m. 1216/1801), figure parmi les ouvrages de réfutation dirigés contre les missionnaires chrétiens et écrits sur l’ordre de Fath ‘Alî Shâh Qâjâr (r. 1212/1797-1250/ 1834). L’article s’intéresse aux sources littéraires de cet ouvrage, et notamment au Tanqîh al-abhâth li-l-milal al-thalâth d’Ibn Kammûna (m. 683/1284) et à l’Ifhâm al-yahûd de Samaw’al al-Maghribî (m. 570/1175). Parmi ses autres sources importantes, on peut citer le Hawârînâmah, écrit par le Père jésuite Jérôme Xavier entre 1602 et 1607, le Lawâmi‘-i rabbâniyya de Sayyid Ahmad ‘Alawî (m. entre 1054/1644 et 1060/1650), ainsi que le Hidâyat al-dâllîn de ‘Alî Qulî Jadîd al-Islâm, un ancien moine augustin converti à l’islam (XII e/XVII e siècle).
Mots clés : Polémique religieuse au XVIIIe s. ; chiisme ; judaïsme en Iran ; christianisme en Iran ; Âqâ Muhammad Bihbahânî Kirmânî.

NOTES
• A. PAPAS, Un manuscrit inconnu à propos des soufis de Kashgarie conservé à la Bibliothèque Nationale Firdawsi (Tadjikistan) , p. 97-108.
Résumé
Cette notice présente un manuscrit anonyme persan intitulé Ta zkira-yi natâ’ij al-‘ârifîn. Texte unique et inconnu jusqu’à présent, il relève du genre hagiographique et fournit des informations nouvelles sur une branche locale de la Naqshbandiyya Ishâqiyya du Turkestan oriental. Outre son sommaire et quelques hypothèses codicologiques, nous expliquons la valeur de cette source pour l’histoire religieuse de l’Asie centrale.
Mots clés : hagiographie ; manuscrit ; XVI e – XVII e s. ; Naqshbandiyya ; Turkestan oriental ; Tadjikistan.

• D. SEPTFONDS ; K.T. WITCZAK, Deux notes critiques sur : Georg Morgenstierne, A New Etymological Vocabulary of Pashto (compiled and édited by J. Elfenbein, D.N. MacKenzie, N. Sims-Williams, Wiesbaden 2003), p. 109-123.

OBITUAIRE
• “Georges Redard [1922-2005]”, par G. Fussman, p. 127-134.
Comptes rendus, p. 137-158.
• Beelaert, A.L.F.A., A Cure for the Grieving . Studies on the Poetry of the 12th-Century Persian Court Poet Khâqânî Sirwânî, Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, Leiden 2000, [ isbn 906258972-3 ], par Charles-Henri de Fouchécour.
• Fathi, Habiba, Femmes d’autorité dans l’Asie centrale contemporaine. Quête des ancêtres et recompositions identitaires dans l’islam postsoviétique, IFÉAC – Maisonneuve & Larose, Paris 2004 [ isbn 2-7068-1763-1], par Azadeh Kian-Thiébaut.
• Gyselen, Rika, Nouveaux matériaux pour la géographie historique de l’empire sassanide : sceaux administratifs de la collection Ahmad Saeedi, [Studia Iranica. Cahier 23], Paris 2002, [ isbn 2-910640-11-6], par Frantz Grenet.
• Huyse, Philip, Le -y final dans les inscriptions moyen-perses et la loi rythmique proto-moyen-perse , [Studia Iranica. Cahier 29], Paris 2003 [ isbn 2-910640-15-9], par Alberto Cantera.
• Keddie, Nikki R., Rudi Matthee, (éds.), Iran and the Surrounding World. Interactionsin Culture and Cultural Politics, University of Washington Press, Seattle – Londres 2002 [ isbn 0-295-98206-3], par Jean Calmard.
• Touzard, Anne-Marie, Le drogman Padery émissaire de France en Perse (1719-1725) , Société d’Histoire de l’Orient, Geuthner, Paris 2005 [ isbn 2-7053-3765-2], par Francis Richard.

Vol. 35/2 (2006)

ARTICLES
• P. POURSHARIATI, Recently Discovered Seals of Wistaxm, Uncle of Husraw II ? , p. 163-180.
Résumé
Les réformes de Husraw I (531-579) continuent d’être le sujet d’une polémique. Une question ouverte reste l’étendue du pouvoir exercé par les familles parthes dans la période après ces réformes. Les récentes découvertes par Rika Gyselen de sceaux appartenant aux divers spâhbeds en poste dans les quatre “quartiers” du territoire sassanide ont ouvert de nouvelles pistes. Cette étude préliminaire vise à montrer que les sceaux de Wistaxm et de Shahrwarâz témoignent de la continuité de l’immense pouvoir resté aux mains des familles parthes des Ispahbadân et des Mihrân durant cette époque de l’histoire sassanide.
Mots clés : histoire administrative sassanide ; sceaux ; spâhbed ; Wistaxm ; Shahrwarâz ; Husraw II.

• D. DURAND-GUÉDY , Mémoires d’exilés. Lecture de la chronique des Saljûqides de ‘Imâd al-Dîn al-Isfahânî, p. 181-202.
Résumé
Le Nusrat al-fatra, que ‘Imâd al-Dîn al-Isfahânî rédigea quand il était au service de Saladin, est l’un des textes les plus riches sur l’État saljûqide en Iran, mais son utilisation suppose que l’on ait bien conscience du projet historiographique de son auteur. Celui-ci apparaît mieux si l’on s’interroge sur sa relation avec sa principale source, les mémoires d’Anûshirwân b. Khâlid. Non seulement ‘Imâd al-Dîn a trouvé chez Anûshirwân des informations complémentaires à celles dont il disposait (des témoignages de secrétaires iraniens), mais surtout il partageait avec lui un même type d’écriture historique (partiale et moralisante), et, plus important encore, une même vision de l’histoire saljûqide, motivée sur une expérience commune : celle de l’exil.
Mots clés : historiographie ; chronique ; Saljûqide ; ‘Imâd al-Dîn al-Isfahânî ; Anûshirwân b. Khâlid ; exil.

• O. MIR-KASIMOV, Notes sur deux textes hurûfî : le Jâvdân-nâma de Fadlallâh Astarâbâdî et l’un de ses commentaires, le Mahrâm-nâma de Sayyid Ishâq, p. 203-235.
Résumé
Le Jâvdân-nâma de Fadlallâh Astarâbâdî (m. 796/1394) est le texte fondateur du mouvement hurûfî, mouvement aux sympathies chiites de tendance gnostique et messianique apparu en Iran dans la deuxième moitié du XIV e siècle. Le Mahram-nâma est un commentaire rédigé par Sayyid Ishâq Astarâbâdî, disciple direct de Fadlallâh. La comparaison de ces textes, centrée ici sur deux thèmes, c’est-à-dire la conception du temps et la prophétologie, fournit quelques éléments de réflexion sur le rapport entre le texte originel et ses commentaires et donc sur une lente évolution, survenue très tôt, au sein même de la pensée hurûfî naissante.
Mots clés : religion ; sectes et mouvements islamiques ; hurûfî ; Jâvdân-nâma ; Mahram-nâma ; temps ; prophétologie.

• W. FLOOR, The Importation of Indigo into Qajar Iran, p. 237-259.
Résumé
L’industrie traditionnelle de tissage iranien consommait beaucoup d’indigo. Durant le XIX e siècle, sa consommation et donc son importation diminuèrent à cause de la chute dans la production de textiles domestiques en Iran. Cette tendance à la baisse de la consommation de l’indigo s’accéléra après 1909, en raison de la hausse de la consommation de l’indigo synthétique. La fin attendue de l’emploi de l’indigo naturel fut retardée par la Première Guerre mondiale pendant laquelle les exportations allemandes s’arrêtèrent. Après 1921, l’Iran importa en quantités de plus en plus grandes de l’indigo synthétique, qui remplaça progressivement l’indigo naturel.
Mots clés : économie ; commerce ; indigo ; Iran Qajar ; teinture.

NOTES
• H. HAKIM, Un aperçu sur l’enseignement du kurde en Irak (1919-2005), p. 263-275.
Résumé
Depuis son introduction dans l’enseignement au Kurdistan d’Irak en 1919, le kurde se maintient et se développe, souvent lentement et parfois de façon très accélérée. Le département de kurde à l’université de Bagdad continue à accueillir et à former des élèves depuis 1959 ; en 1970 le kurde est reconnu officiellement et son enseignement généralisé dans la région kurde. Mais entre 1974-1991, une politique d’arabisation à outrance touche toutes les activités concernant la langue kurde. La langue réapparaît officiellement dès 1991, pour être enfin reconnue à la faveur de la Constitution de 2005 comme une langue officielle du pays, au même titre que l’arabe.
Mots clés : Kurdistan d’Irak ; langue kurde ; enseignement ; université ; recherche ; langue nationale.

OBITUAIRE
• Mary Boyce [1920-2006], par F. Grenet, p. 279-284.
• George Michael Wickens [1918-2006], par R. Sandler, p. 285-288.

Comptes rendus, p. 291-315
• Bopearachchi, Osmund, et Marie-Françoise Boussac, Afghanistan : ancien carrefour entre l’est et l’ouest, Indicopleustoi. Archaeologies of the Indian Ocean, Turnhout : Brepols, 2005 [ isbn 2-503-51681-5 ], par Rika Gyselen.
• Gaillard, Marina, Alexandre le Grand en Iran. Le Dârâb Nâmeh d’Abu Tâher Tarsusi, trad. et annoté par …, Paris : De Boccard, 2005 [ isbn 2-7018-0175-3], par Francis Richard.
• Iran : Questions et connaissances. Actes du IVe Congrès Européen des Etudes iraniennes organisé par la Societas Iranologica Europaea, Paris, 6-10 septembre 1999, vol. I : La période ancienne, Philip Huyse, éd. [Studia Iranica. Cahier 25], Paris-Louvain : AAEI-Peeters, 2002 [ isbn 2-910640-10-6], par Christiane Reck.
• Newman, Andrew, éd., Society and Culture in the Early Modern Middle East : Studies on Iran in the Safavid Period , [Islamic History and Civilisation : Studies and Texts, 46], Leiden : E.J. Brill, 2003 [ isbn 90-04-12774-7], par Colin Paul Mitchell.
• Religious Themes and Texts of Pré-Islamic Iran and Central Asia. Studies in Honour of Professor Gherardo Gnoli on the Occasion of his 65 th Birthday on 6 th December 2002, C.G. Cereti, M. Maggi, E. Provasi, éds., Wiesbaden : Dr. Ludwig Reichert Verlag, 2003 [ isbn 3-89500-329-8], par Enrico G. Raffaelli. vThe Saljûqnâma of Zâhir al-Dîn Nîshâpûrî. A critical text making use of the unique manuscript in the Library of the Royal Asiatic Society, éd. A.H. Morton, E.J.W. Gibb Memorial Trust : Antony Rowe (GB), 2004 [ isbn 0906094488], par David Durand-Guédy.
• Sourdel-Thomine, Janine, Le minaret de Jâm. Un chef d’œuvre du XIIe siècle , Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, XXIX, Paris 2004 [ isbn 2-87754-150-9], par Philippe Gignoux.

Mots clés :