Vol. 31/1 (2002)

ARTICLES
• Sh. SHAHBAZI, Recent Speculations on the “Traditional Date of Zoroaster”… p. 7-45
Résumé
En se fondant sur une liste royale et plusieurs allusions dans les sources médiévales, nombre de chercheurs ont considéré qu’une” tradition” zoroastrienne authentique a placé Zoroastre au VIe siècle avant n. è. Démontée en 1977 par l’auteur de cet article, cette théorie a été reprise récemment par le Professeur Gherardo Gnoli qui l’expose en détail et avec des arguments apparemment solides son Zoroaster in History. Pourtant, un attentif examen critique de montre que son argumentation n’est pas convaincante. De même, l’hypothèse formulée par Peter Kingsley de la genèse grecque de cette tradition s’est révélée être sans fondement.
Mots clés : date de Zoroastre ; ère d’Alexandre ; ère séleucide ; tromperie chronologique d’Ardashîr ; Agathias sur la date de Zoroastre ; ” date traditionnelle ” de Zoroastre.

• Ch. JULLIEN et F. JULLIEN, Une source inattendue sur le baptisme babylonien : les Actes de Mâr Mâri… p. 47-60
Résumé
Les Actes de Mâr Mâri, rédigés à la fin du VIe-VIIe siècle, décrivent l’implantation du christianisme dans l’empire iranien. Un passage rapporte la rencontre de l’apôtre Mâri avec un représentant du baptisme, D‚sthi, au sud de Ctésiphon (§27). Les données du texte concordent très étroitement avec les éléments de la notice de Théodore Bar Konaï consacrée à l’” hérésie des dosthéens qu’enseigna Ado mendiant “. Dans sa présentation des origines chrétiennes, le rédacteur des Actes considère les groupes baptistes méséniens comme un possible substrat d’évangélisation ; une véritable liturgie baptismale se devine dans les gestes posés par Mâri pour guérir Dûsthi. Source trop souvent négligée, les Actes livreraient un témoignage de premier ordre sur l’existence de groupes dosthéens en Babylonie à cette époque.
Mots clés : christianisme ; baptisme ; apôtre ; Babylonie ; dosthéens.

• R. GYSELEN, Le kadag-xwadây sassanide. Quelques réflexions à partir de nouvelles données sigillographiques… p. 61-69
Résumé
L’auteur présente les deux premières attestations sigillographiques du titre kadag-xwadây “Seigneur de maison”. Le sceau administratif qui comporte ce titre permet de mieux évaluer quelques passages dans les sources arméniennes.
Mots clés : sassanide ; sigillographie ; sources arméniennes ; titulature ; kadag-xwadây.

• S. SEARS, Umayyad Partisan or Khârijite Rebel ? : The Issue of ’Abd al-’Azz b. MDWL(?)… p. 71-78
Résumé
La découverte d’un dirham musulman révèle le nom d’un gouverneur auparavant inconnu. On peut lire ce nom comme ’Abd al-’Azîz b. MDWL ?. Ce gouverneur a fait frapper la pièce à Istakhr, en 61H./680-81, à l’époque du deuxième fitna. Les questions de l’identité et des fidélités politiques de ce personnage restent à éclaircir.
Mots clés : numismatique ; époque/dynastie omayyade ; le deuxième fitna.

• C.E. BOSWORTH, The Sarhadd Region of Persian Baluchistan from Mediaeval Islamic Times to the mid-Twenthieth Century… p. 79-103
Résumé
L’article retrace l’histoire de la région du Sarhadd, un massif montagneux dans la Perse du sud-est, faisant actuellement partie de la province de Béloutchistan et Sistan. Le Sarhadd a pu conserver à travers les siècles un haut degré d’indépendance vis-à-vis des grandes puissances voisines et, notamment, au XIXe siècle, des chahs Qâjârs de la Perse. Nous possédons très peu d’informations au sujet du Sarhadd à l’époque médiévale, mais au XIXe siècle plusieurs fonctionnaires et gouverneurs des chahs nous fournissent des descriptions de la région. Le gouvernement central de Téhéran essaya de renforcer le contrôle direct sur le Sarhadd, mais sans beaucoup de succès avant le règne de Ridâ Shâh Pahlavî. Pendant la Première Guerre Mondiale, le Sarhadd prit une part modeste dans la lutte entre les Alliés et les Puissances Centrales : un détachement britannique venant de l’Inde fit campagne dans le Sarhadd même.
Mots clés : Sarhadd ; Balouchistan ; Première Guerre Mondiale ; les Qâjârs ; puissances européennes.

• C. MACKINNON, The Dialect of Xorramâbâd and Comparative Notes on Other Lor Dialects… p. 103-138
Résumé
L’article décrit la phonologie et la morphologie du Xorramâbâdî, un dialecte du Lor du Nord, parlé dans l’Iran occidental. Il analyse les caractéristiques que le Xorramâbâdî partage avec d’autres dialectes du Lor du Nord, et il montre que c’est l’ensemble même de ces caractéristiques qui fait des dialectes du Lor du Nord un groupe distinct. D’autre part, l’article décrit les caractéristiques communes des dialectes du Lor du Nord et des dialectes iraniens du Nord-ouest non persans, tels que le kurde.
Mots clés : dialectologie ; linguistique historique ; kurde ; luri ; morphologie ; phonologie.

OBITUAIRE
• Ilya GERSHEVITCH [1914-2001]… p.141

Vol. 31/2 (2002)

ARTICLES
• N.L. TORNESELLO, From Reality to Legend : Historical Sources of Hellenistic and Islamic Teratology…p.163-192
Résumé
Parmi les étranges créatures qui peuplent le folklore persan il en est une qui suscite une considération particulière pour ce qui concerne sa probable origine. Même si ce monstre est décrit en différentes manières dans diverses sources, il est toujours incapable de marcher car ses jambes – conformément à son nom persan, davâlpâ, ” jambe de cuir ” – sont faites de ” sangles ” ou de ” bandes de cuir “. Ce monstre a toujours une attitude très agressive envers les voyageurs. Pour ses agressions, généralement mortelles, il utilise une partie de son corps, c’est-à-dire ses jambes préhensiles. Si l’on se limite aux seules sources musulmanes, l’origine de cette créature monstrueuse ne peut remonter au-delà du IXe siècle après J.C. Cette considération limitée, toutefois, est amplement dépassée si l’on considère aussi les sources occidentales où, à partir du IVe siècle avant J.C., on trouve un être semblable au monstre décrit dans les œuvres orientales. Dans les sources grecques, ces créatures sont nommées Himantopodes (” jambes de cuir “) et dans certaines sources latines elles sont dites aussi Sciratae. L’évidence textuelle semble mener à une origine commune, c’est à dire les Histoires d’Hérodote. L’historien décrit un peuple historique persan qui a fourni la source aux voyageurs et aux écrivains pour la création de ces mythes. Cette hypothèse est confirmée par l’existence d’autres populations qui, probablement, ont produit des spéculations fantastiques similaires.
Mots clés : davâlpâ ; monstres ; Orient ; Occident ; mythe ; histoire.

• F. GRENET, Zoroastre au Badakhshân… p. 193-214
Résumé
On propose ici d’identifier le pays de Raghâ, mentionné dans l’Avesta et donné par la tradition pehlevie comme lieu de naissance de Zoroastre, avec l’actuel pays de Râgh dans la partie afghane du Badakhshân. Les arguments sont tirés de la toponymie régionale telle que Ptolémée l’a encore connue : la rivière Drejâ (ou plutôt Darejî) est identifiée avec le Dargoidos de Ptolémée et avec l’actuelle Kokcha ; la Vanhvî Dâityâ est identifiée avec l’Ochos, l’actuel Daryâ-i Panj. Le gué sur la Dâitya où Zoroastre a eu sa première vision, décrit dans les sources pehlevies dérivées du Spand Nask, correspond à l’actuel gué de Samti sur le Daryâ-i Panj. En annexe, on tente de montrer que le toponyme Êw-tâg que les textes pehlevis associent à la Dâityâ n’est pas à corriger en *Naw-tâg et n’a rien à voir avec Nautaka, région de Sogdiane mentionnée par les historiens d’Alexandre. Ce dernier nom doit refléter anc. ir. *nawa-tâka- ” les neuf cours d’eau “, et correspond au bassin supérieur du Kashka-daryâ.
Mots clés : Zoroastre ; Raghâ ; Badakhshân ; Alexandre ; Nautaka.

• B. KAIM, Un temple du feu sassanide découvert à Mele Hairam (Turkménistan méridional)… p. 215-230
Résumé
La découverte d’un temple du feu sassanide est le résultat des fouilles effectuées depuis 1997 sur le site de Mele Hairam par la mission archéologique turkméno-polonaise. On a mis au jour quatre salles du temple avec plusieurs installations cultuelles bien conservées. Au milieu de la salle principale se trouvent les restes d’un autel du feu placé à l’intérieur d’une enceinte en briques. Par ailleurs, la découverte, dans la salle II, d’un four, qui a vraisemblablement servi à entretenir un feu de braises, est d’une grande importance pour la reconstitution de l’ancien rituel zoroastrien.
Mots clés : temple du feu ; sassanide ; Mele Hairam ; Turkménistan.

• I. YAKUBOVICH, Mugh 1.I. Revisited… p.231-253
Résumé
La lecture et l’interprétation du document sogdien 1.I. trouvé au Mont Mugh pose encore beaucoup de problèmes quarante ans après ses premières publications. Utilisant la littérature iranistique récente, notamment le dictionnaire sogdien de B.Gharib, on a essayé d’illuminer les mots et passages obscurs de cette lettre écrit au Dhewashtich, prince de Pendjikent, par un fonctionnaire Arabe sympathisant. Des réflexions en sont tirées quant au message général de la lettre et quant à son contexte historique.
Mots clés : Asie Centrale ; invasion arabe ; Dhewashtich ; sogdien ; documents du Mont Mugh ; document 1.I.

Notes
• A. ATAKHODJAEV, Notes de numismatique samanide : 1. Une monnaie de cuivre émise par Nûh b. Asad au Khwârazm ; 2. Les noms figurant sur les émissions de Boukhara au Xe siècle… p. 257-266

• Y. RICHARD, Minorités religieuses en Iran : note de lecture sur deux publications récentes… p. 267-272

Obituaire
• For Ronald Eric EMMERICK [1937-2001]… p.275-279

Mots clés :