Vol. 39/1 (2010)

ARTICLES
• X. de PLANHOL, “Le kārēz et la luzerne : une première Révolution Agricole en Iran”, p. 11-26.
Résumé
Dans le domaine iranien s’est produite, vers le début du premier millénaire avant J. Ch., une Révolution Agricole caractérisée par le développement conjugué de l’irriga¬tion permanente (obtenue par la technique des kārēz, galeries drainantes exploitant les eaux des nappes souterraines), et de la culture continue de la luzerne, donnant plusieurs récoltes par an sur la même parcelle jusqu’à sept ans de suite sans réensemencement. Les conséquences historiques en ont été considérables : essor démographique lié à l’augmen¬tation massive de la production céréalière grâce à l’exploitation permanente de nouveaux espaces de cultures dans les sols fertiles des piedmonts du plateau iranien, où l’irrigation permanente permettait d’obtenir des rendements très élevés ; apparition d’une race de chevaux bien nourris et particulièrement puissants, très supérieurs à ceux du Proche-Orient syro-égyptien et anatolien, qui ont été un instrument décisif des succès militaires des Achéménides. L’association de ces deux composantes a été à la base de la constitution de l’Empire Perse, qui a été le fruit, à moyen terme, des progrès humains induits par cette Révolution Agricole. La mentalité iranienne, dès le Zoroastrisme, avec sa prédilection pour les jardins et les noyaux irrigués en permanence, domaine du Bien, qui s’oppose vigoureusement au domaine du Mal représenté par les steppes et déserts extérieurs, en a été durablement marquée.
Mots clés : Révolution Agricole ; plateau iranien ; irrigation ; kārēz ; luzerne ; chevaux ; Empire Perse.

• S. AZARNOUCHE et Fr. GRENET, “Thaumaturgie sogdienne : nouvelle édition et commentaire du texte P.3”, p. 27-77.
Résumé
Le texte magique sogdien connu sous le sigle P.3 tire son originalité du fait qu’il se situe au confluent des cultures iranienne, indienne et turque. Décrivant un rituel complexe destiné à faire tomber et arrêter la pluie, il se divise en quatre sections bien distinctes : un lapidaire où sont décrites neuf pierres, les préparatifs matériels du rituel, un hymne zoroastrien au Vent, et enfin les rites d’accompagnement et le contrôle des ondées.
Tenant compte de l’ensemble des recherches accomplies sur des éléments de ce texte, des progrès accomplis dans la connaissance du sogdien en général, ainsi que des ainsi que les réalités matérielles mobilisées dans ce rituel centrasiatique, cette étude offre pour la première fois depuis la publication de Benveniste en 1940 une édition intégrale.
Mots clés : texte sogdien ; magie de la pluie ; lapidaire ; pierres magiques ; jada ; rituel centrasiatique.

• A. LENEPVEU-HOTZ, “Des verbes modaux persans et de l’évolution de leur construction entre les Xe et XVIe siècles”, p. 79-107.
Résumé
Les verbes modaux persans bāyistan, “falloir”, šāyad, “il se peut”, “peut-être”, tavānistan, “pouvoir”, et xvāstan, “vouloir”, se construisent, soit avec l’infinitif, soit avec un verbe conjugué. Comme l’étude quantitative le montre, cette double possibilité relève principalement d’une évolution. Il s’agit alors d’en chercher les causes. Excepté pour distinguer les deux emplois de xvāstan, volition et auxiliaire du futur, le sens des modalités n’est qu’une cause mineure. De même la syntaxe ne constitue pas un facteur déterminant. En réalité, ce changement de la structure régie est dû aux propriétés morphologiques du verbe conjugué, bien plus étendues que celles de l’infinitif : le verbe conjugué peut recevoir divers affixes qui sont exclus avec l’infinitif verbal.
Mots clés : linguistique ; verbes modaux ; persan classique ; diachronie ; modalités ; structures régies.

NOTES
• Ph. GIGNOUX, “Un nouvel ouvrage de référence de la papyrologie pehlevie. Note de lecture” [D. Weber, Berliner Pahlavi-Dokumente…, Wiesbaden 2008], p. 111-120.
• M. GAILLARD, “L’Arbre anthropogène du Waqwaq : nouvelles explorations d’un mythe multiple. Note de lecture” [J.-L. Bacqué-Grammot, M. Bernardini, L. Berardi, éds., L’Arbre anthropogène du Waqwaq…, Naples 2007], p. 121-134.

Comptes rendus, p. 137-158
• ABDULLAEVA, Firuza ; Charles MELVILLE, The Persian Book of Kings. Ibrahim Sultan’s Shahnama, Oxford, Bodleian Library, 2008, 142p. [ISBN : 1-85124-346-1], par Francis Richard.
• BRIANT, Pierre ; Francis JOANNES, éds., La transition entre l’empire achéménide et les royaumes hellénistiques. Actes du colloque organisé au Collège de France par la “Chaire d’histoire et civilisation du monde achéménide et de l’empire d’Alexandre” et le “Réseau international d’études et de recherches achéménides” (GDR 2538 CNRS), 22-23 novembre 2004. Persika, 9, Paris : De Boccard, 2006, 476p. [ISBN : 978-2-7018-0213-8], par Vito Messina.
• EHTESHAMI, Anoushirvan ; Mahjoob ZWEIRI, Iran and the Rise of its Neoconservatives. The Politics of Tehran’s Silent Revolution, Londres-New York, I.B. Tauris, 2007, 215p., [ISBN : 978-1-84511-388-9], par Gilles Riaux.
• FRIEDENBERG, D. M., Sasanian Jewry and its Culture : A Lexicon of Jewish and Related Seals, University of Illinois Urbana and Chicago, 2009, 74p. [ISBN : 978-0-252-03367-4], par Rika Gyselen.
• PORTER, Yves, Les Iraniens. Histoire d’un people, Civilisations, Armand Colin, Paris, 2006, 342p. [ISBN : 2-200-26825-4], par Charles Melville.
• RUSPOLI, Stéphane, Écrits des Maîtres soufis, 2. Trois traités de Baghdadî et Semnânî, traduction et présentation de Stéphane Ruspoli, Corbey : Arfuyen, 2008, 190p. (Les Carnets spirituels), par Ève Feuillebois.
• SEYED-GOHRAB, A. A. ; F.C.W. DOUFIKAR-AERTS ; S. MCGLINN, éds., Gog and Magog, The Clans of Chaos in World Literature, Rozenberg Publishers & Purdue University Press, Amsterdam and West Lafayette, Indiana USA, 2007, 162p. [ISBN : 978-90-5170-859-2], par Christine van Ruymbeke.
• TUCKER, Ernest S., Nadir Shah’s Quest for Legitimacy in Post-Safavid Iran, Gainsville : University Press of Florida, 2006, 151p., Index [ISBN 0-8130-2964-3], par Jean Calmard.

Vol. 39/2 (2010)

ARTICLES
• Ph. GIGNOUX, “Les noms de plantes médicinales et autres dans les sources pehlevies. En hommage au professeur Jacques Duchesne-Guillemin pour son centième anniversaire”, p. 163-170.
Résumé
Les Iraniens de la période pré-islamique ont fait sans doute un grand usage de la pharmacopée pour le traitement des maladies. La littérature pehlevie, principalement le Bundahišn et l’Anthologie de Zādspram, contient un certain nombre de noms de plantes médicinales. L’auteur en donne ici une liste de 73 termes, avec les références textuelles et parfois étymologiques.
Mots clés : plantes médicinales ; littérature pehlevie ; période pré-islamique.

• C. CERETI, “Avestan quotations in Pahlavi books. On two passages found in Dēnkard Book VII : Dk VII.1.7 and Dk VII.3.6”, p. 171-183.
Résumé
L’article analyse deux passages du septième livre du Dēnkard [Dk], qui avaient été étudiés et traduits par Marijan Molé, et propose une nouvelle traduction qui permet de mieux comprendre le texte. L’approche de Molé – et de de Menasce – envers le langage des textes théologiques en pehlevi, qui dépend souvent du Zand moyen-perse de l’Avesta, est l’objet d’une brève discussion. L’article montre que Dk VII,1,7 reflète vraisemblable¬ment un passage original du Zand, alors que Dk VII,3,6 devrait plutôt être compris comme une “réminiscence” du Zand de l’Avesta.
Mots clés : zoroastrianisme ; moyen-perse ; littérature pehlevie ; Avesta ; Zand ; Dēnkard.

• R. GYSELEN, “Les Wahramides (273-293 A.D.) : quelques aspects de leur langage monétaire”, p. 185-223.
Résumé
Après quelques remarques concernant sa démarche méthodologique, l’auteur suggère comment Wahrām Ier et Wahrām II ont procédé pour exprimer leurs préoccupations idéologiques à travers la marge très étroite que laisse le langage monétaire du IIIe siècle. Si l’impact du monnayage romain sur le langage monétaire des avers de Wahrām II a été mis en évidence par R. Göbl, d’autres aspects n’ont jamais été examinés par le biais de parallèles romains. Jusqu’à présent le langage monétaire n’a pas été utilisé non plus comme révélateur des problèmes politiques qui se sont présentés dans certaines régions intérieures de l’empire.
Mots clés : époque sassanide ; IIIe siècle ; monnayage ; Wahrām Ier ; Wahrām II.

• H. ANSARI et Sabine SCHMIDTKE, “Muʿtazilism after ‘Abd al-Jabbār : Abū Rashīd al-Nīsābūrī’s Kitāb Masāʾil al-khilāf fī l-uṣūl (Studies on the transmission of knowledge from Iran to Yemen in the 6th/12th and 7th/13th c., I)”, p. 225-276.
Résumé
Successeur de ‘Abd al-Jabbār al-Hamadhānī (d. 415/1025) à la tête de l’école de Baṣra du mu‘tazilisme, Abū Rashīd al-Nīṣābūrī est avant tout connu comme l’auteur du Kitāb al-Masā’il fī l-khilāf bayn al-Baṣriyyīn wa-l-Baghdādiyyīn, préservé dans un manuscrit unique de provenance yéménite, aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de Berlin (Glaser 12). En revanche, un autre ouvrage important de Nīṣābūrī (cf. Maktabat al-awqāf de la Grande Mosquée in Ṣan‘ā’, ms. 696), que l’on peut identifier comme son Masā’il al-khilāf baynanā wa-bayn al-mushabbiha wa-l-mujbira wa-l-khawārij wa-l-murji’a, a entièrement échappé à l’attention des chercheurs. L’article présente en détail cet ouvrage et son auteur, et retrace les étapes importantes de la transmission de la littérature religieuse zaydite depuis la région de la Caspienne jusqu’au Yémén pendant la deuxième moitié du VIe/XIIe et la première moitié du VIIe/XIIIe siècles.
Mots clés : théologie islamique ; kalām ; mu‘tazilisme ; zaydisme ; Abū Rashīd al-Nīsābūrī ; Eduard Glaser ; Ibn al-Walīd al-Qurashī al-‘Anf ; al-Manṣūr bi-llāh ‘Abd Allāh b. Ḥamza.

OBITUAIRES
• Ezat O. NEGAHBAN [1926-2009], par R. Boucharlat, p. 279-280.
• Massoud Azarnoush [1945-2008], par R. Boucharlat, p. 281-282.

Comptes rendus, p. 285-313
• CALLIERI, Pierfrancesco, L’archéologie du Fārs à l’époque hellénistique, Persika 11, Paris, 2007 [ISBN : 978-2-7018-0228-2], par Barbara Kaim.
• DARYAEE, Touraj, Sasanian Iran (224-651 CE) : Portrait of a Late Antique Empire, Mazda Publishers, 2008 [ISBN : 978-1-568-59169-8] ; et DARYAEE, Touraj, Sasanian Persia : the Rise and Fall of an Empire, London – New York, 2009 [ISBN : 978-1-85043-898-4], par Rika Gyselen.
• FARMANFARMAIAN, Roxane, (éd.), War and Peace in Qajar Persia. Implications past and present, Londres – New York, 2008 [ISBN : 978-0-415-42119-5 (hbk)], par Jean Calmard.
• FRAGNER, Bert G. ; Ralph KAUZ ; Roderich PTAK ; Angela SCHOTTENHAMMER, éds., Pferde in Asien : Geschichte, Handel und Kultur, Wien, 2009 [ISBN : 978-3-7001-6103-5], par Jean-Pierre Digard.
• HELLOT-BELLIER, Florence, France-Iran. Quatre cents ans de dialogue, Studia Iranica, Cah. 34, Paris 2007 [ISBN : 978-2-910640-20-0], par Agnès Devictor.
• SCHINASI, May, Kaboul 1773-1948 : Naissance et croissance d’une capitale royale, Series Maior XIII, Université de Naples, 2008 [ISSN : 1824-6117], par Marcus Schadl.
• SUBTELNY, Maria Eva, Timurids in Transition. Turko-Persian Politics and Acculturation in Medieval Iran, Leiden-Boston, 2007 [ISBN : 978-90-04-16031-6], par Michele Bernardini.

Mots clés :